Mirada et Cabeceo, l'invitation en Tango Argentin

par Robert  -  11 Septembre 2017, 09:00  -  #Le Tango Argentin

Mirada et Cabeceo, l’invitation en Tango Argentin  

Nous savons tous pour l’avoir vécu à Montevideo ou Buenos Aires, ou parce qu’on nous en a parlé,  que l’invitation à partager la prochaine tanda, pendant les « cortinas »  passe par :

-         la mirada (le regard) ou femmes et hommes se cherchent, se rencontrent ou s’évitent par le regard,

-         suivi du cabeceo (petit mouvement discret de la tête) pour invitation par l’homme et confirmation par la femme de leur intention de danser ensemble.

L’homme s’approche alors de là ou se tient la femme et ils entrent avec précaution sur la piste.

 

Je pense que c’est là une pratique remarquable  pour de nombreuses raisons :

-         elle s’inscrit résolument dans la démarche de séduction qui caractérise le Tango Argentin,

-         elle donne aux femmes et aux hommes le pouvoir de choisir avec qui elles ou ils aimeraient danser, car chacun peut éviter le regard qui cherche le sien,

-         elle évite aux femmes de devoir refuser l’invitation d’un homme qui viendrait jusqu’à leur table et avec qui elles n’ont pas l’intention de danser,

-         elle évite aux hommes l’affront de se voir refuser leur proposition de danse,

…… au global elle met la femme et l’homme sur un pied d’égalité.

 

La pleine réussite de cet usage nécessite plusieurs conditions, malheureusement peu souvent réunies en dehors du Rio de la Plata :

-         la connaissance de la pratique et de son intérêt,

-         une organisation physique de la milonga, l’idéal étant des tables tout autour de la piste, puis un « couloir de circulation » permettant aux danseurs de circuler facilement sous des prétextes divers (rejoindre leur table, aller au bar, saluer des amis, toilettes …)  créant ainsi les conditions favorables à la mirada. Puis une autre ligne de table …

-         réticence, voire peur des hommes et des femmes à la pratiquer

 

Donc, faute de pratiquer « mirada/cabeceo » que se passe t il  ? La plupart du temps l’homme s’approche de la femme, voulez vous danser ?, réponse généralement oui, même si elle en aurait préféré un autre …. Elle ne choisit pas, elle subit.

 

Par contre quelques tangueras peu informées, inquiètes peut-être de ne pas être invitées autant qu’elles le souhaiteraient, vont directement chercher les hommes avec un « fait moi danser » ou « tu n’as pas encore fait danser ce soir » … parfois autoritaire.. Cette pratique discourtoise (sauf si pratiquée entre véritables ami(e)s)  amène très rapidement une tension dans la Milonga, car les femmes plus discrètes et qui jouent le jeu, se voient « confisquer » les danseurs.

 

Je comprends bien que notre éducation européenne ne nous pousse pas à appliquer la Mirada, soit par réserve, soit pas timidité, soit pour toute autre raison parfaitement respectable. Mais le Tango Argentin a ses propres usages et règles lesquels, au delà du plaisir réciproque de la séduction, ont le mérite de la franchise « tel homme/femme m’intéresse, tel autre ne m’intéresse pas ».

 

De plus, selon moi, rares sont les hommes capables de résister longtemps au regard d’une  femme, qui le  regarde avec intérêt même si elle n’a plus 20 ans,  ni une silhouette de magazine, ni 20 ans d’expérience en tango.

 

Alors Amis tangueros, Amies tangueras, osez pratiquer, autant que faire se peut, la mirada et le cabeceo garants du subtil équilibre et du plaisir de la séduction respectueuse du Tango Argentin. La milonga ne s’en portera que mieux

 

Amitiés, Robert  

SOULAGES 30/09/2013 13:57

Je me permets d'intervenir car je souhaiterais préciser que si certaines femmes "vont chercher les hommes" c'est aussi parce qu'elles sont souvent désespérées d'être en attente d'une
invitation.
Il leur faut souvent beaucoup de courage pour prendre une telle initiative, c'est la raison pour laquelle elles le font de façon maladroite qui peut paraître "autoritaire".
D'autre part et je suis désolée de te contredire : oui il y a des hommes capables de résister au regard d'une femme surtout si elle n'a pas 20 ans, une silhoutte de magazine ou 20 ans
d'expérience.
J'ajouterai que certains danseurs se prêtent au jeu cruel de faire mine d'inviter une danseuse et de dévier leur chemin au dernier moment.
Je voulais juste informer ou rappeler que le monde du tango que nous chérissons tant est quelques fois impitoyable pour les femmes.
Heureusement que nous rencontrons aussi des danseurs sympathiques et respectueux avec qui nous partageons des tendas formidables (ou pas mais ce n'est pas grave), MERCI A CEUX LA !
Avec toute ma sympathie.
Magali

Robert 30/09/2013 14:13



Merci de tes justes commentaires, amitiés, robert